« J’ai pas le temps »  Qui a déjà sorti cette phrase de sa bouche, lève la main !

Moi la première, je l’utilise parfois et pourtant elle m’insupporte tellement quand je l’entends. Car si on y réfléchie bien, est-ce une question de temps ou de priorité ?

Je vais vous compter une histoire qui m’est arrivé, il y a quelques mois. J’étais dans une période ou je préparais le lancement de mon programme « 28 jours pour réechanter ma vie », et autant vous dire qu’avec toutes les pépites incluses, j’y ai mis tout mon coeur, toute mon énergie et beaucoup d’investissement en terme de temps, plus rien d’autre n’existait. 

Evidemment cette petit phrase, « J’ai pas le temps » revenait régulièrement à cette période. Mais surtout c’était ma priorité de terminer mon programme. Mais comme la vie est coquine, elle m’a envoyé un petit cadeau même 4.

 Un soir, ma fille m’interpelle dans le jardin, notre chatte Shakty avait trouvé un bébé écureuil au pied d’un arbre. Le lendemain, 3 autres bébés venaient s’ajouter. Ils étaient tellement mignons mais si fragiles aussi. La vie venaient de m’envoyer des petits êtres à m’occuper dont je n’avais aucune connaissance alors que je ne savais déjà plus où donner de la tête. Je me suis dis, « J’ai pas le temps, je vais trouver quelqu’un pour s’en occuper », et c’est ce que j’ai fait en trouvant une famille d’accueil. 

Le jour J, tout était prêt pour le transfert. Mais c’était sans compter sur les messages de Maman nature. En revenant d’emmener ma fille à l’école, un écureuil adulte traverse à 2 reprises devant la voiture, m’obligeant à m’arrêter puis courre un long moment sur la route devant la voiture m’invitant à le suivre. J’en saisi le message que tout se passerait bien, que je pouvais avancer en confiance, qu’ils allaient me montrer le chemin. Je pris donc l’engagement de m’occuper de ces petites boules de poils, et de devenir leur maman d’adoption.

Évidemment les premières semaines ont épuisantes, pas facile d’être maman en continuant à travailler, Je glissais lentement à perdre ma lumière, jusqu’à ce qu’une amie me disent « tu as vu ta tête, qu’est-ce qui se passe? »

Et là, l’electro-choc, même si j’aimais faire tout ce que je faisais, que ça faisait sens pour moi, je ne me donnais plus d’espace pour me ressourcer. Je m’étais abandonnée !

 Pour me retrouver et me ressourcer, il me rester qu’une seule chose à faire : DANSER.

 J’ai posé à mon horaire, un créneau non négociable de danse d’ancrage chaque jour, et en 15 jours, j’avais retrouvé une belle vibe, tout en faisant le reste.

Et bien vous me croirez ou non, je disais ne pas avoir le temps avant l’arrivée des bébés, mais je consacrais environ 3h par jour à donner les biberons, nettoyer leur espace, les lessives supplémentaires pour eux, mes 20 min de danse…et pourtant je réussissais à avancer sur mon programme dans les temps et surtout avec une belle énergie. 

Au-delà de tous les cadeaux que j’ai reçu de la part de mes bébés écureuils, celui du temps en est UN !

J’ai pris conscience que ce n’était pas une question d’avoir le temps ou pas mais bien de prendre conscience de nos choix et de voir si ça fait sens pour soi de faire telle ou telle chose. Car même embarqué dans la passion de mon programme, j’avais aussi envie d’expérimenter cette aventure unique avec ces écureuils. Mais quoi que l’on fasse, en tout premier, nous devons apprendre à trouver du temps pour soi pour garder notre lumière vivante et trouver du sens en la vie. C’est la priorité des priorités pour avancer mieux, pour avancer loin.

La vie n’est faite que de choix, à nous de jouer avec le temps mais surtout en prenant toujours soin de soi en priorité quoi qu’il arrive

Facebooktwitterlinkedininstagramflickrfoursquaremail

0 commentaires

Céline Fournier

18 novembre 2021

Autres articles qui pourraient vous intéresser