Anxiété, Stress, Angoisses, Trouver des solutions !

Partout ou je me tourne, ces mots résonnent dans la bouche de nombreuses personnes que je croise. Les derniers temps ont mis à rude épreuve nos émotions, nos sentiments, ce qui a atteint notre système nerveux et dans la foulée notre corps. On vit tous du stress, des angoisses au quotidien, mais quand l’anxiété est un terrain anxieux de nature ou qu’elle s’installe dans notre vie. Est-ce possible de s’en sortir pour reprendre une vie sereine ?

 

Les différencier

Un stress peut-être déclanché par un bruit intense, un examen important, une dispute, une séparation, un accident. Le stress est donc une réponse physiologique face à une situation concrète à laquelle on doit faire face. il permet de garder le corps en alerte afin de dépasser la situation.

L’angoisse est une expérience ponctuelle, peut naître d’un sentiment de perte de contrôle, de panique, de menace imminente. La personne perd ses moyens et se retrouve comme paralysée ou avec une sensation d’oppression.

L’anxiété, quand à elle peut être un terrain anxieux avec lequel, il faut apprendre à vivre. Mais elle peut être aussi une accumulation de stress et d’angoisses répétées qui commence à s’installer et avec de plus grandes répercutions dans son quotidien.

 

 

Les symptômes

Que ce soit, les angoisses, le stress ou l’anxiété, on ressent une émotion désagréable qui combine symptômes physiques (le coeur qui bat vite, une respiration difficile,  de la transpiration, des tremblements, des muscles tendus, des étourdissements, de la fatigue, des troubles du sommeil, des maux de tête ou de ventre, diarrhée…) couplés à des pensées anxieuses (ruminations, inquiétudes, doutes, obsessions, craintes…).

 

Comment les gérer

  • faire de l’activité physique que l’on aime,
  • Sortir en nature,
  • Faire des câlins aux arbres
  • se reposer,
  • Utiliser des techniques de relaxation, comme la méditation, le yoga, la danse d’ancrage, la respiration consciente,…
  • Écouter des musiques relaxantes,
  • Utiliser de la luminothérapie comme la sensosphère, ou la sensolight,
  • Utiliser un bracelet initiatique qui ramène au corps,
  • Recevoir des massages…

 

 

 

Témoignages de Céline 

“Ayant un terrain anxieuse, mon corps n’a eu de cesse de me l’exprimer par des maux du corps. Quand le terrain est là, on ne s’en débarrasse jamais totalement, on apprend à vivre avec. Ce qui m’a permis de découvrir des méthodes toutes plus fantastiques les unes que les autres. Mais je voulais en trouver une qui aller faire partie intégrante de ma vie, de mon quotidien. Celle qui a été la plus salvatrice et dans bien des domaines, autres que l’anxiété, c’est la danse d’ancrage, une pratique qui met le mental et les émotions au repos, qui laisse de l’espace pour respirer, se retrouver, se recentrer, en plus d’être une activité physique. J’utilise aussi les respirations conscientes, à des moments plus précis. Quand à la sensosphère, elle est entrée dans ma vie après un grave accident, ou le choc traumatique avait engloutit mon système nerveux, avec l’aide de mon ostéopathe, de ma massothérapeute et de cette lampe magique aux rayons Gamma, J’ai réussi à dépasser cette expérience. Elle m’accompagne au quotidien, et j’en ressens ces bienfaits dans l’ambiance de la maison. Pour moi, l’anxiété n’est pas une fatalité mais un message de notre corps pour toujours mieux apprendre qui nos sommes et comment prendre soin de nous,”

 

Que ce soit le stress, les angoisses ou l’anxiété, ils font parti de nous à plus ou moins grande échelle. C’est de la manière de les gérer, qui fera qu’ils auront plus ou moins de prise sur notre vie. Avec de bonnes clés et avoir une hygiène de vie qui inclus des espaces pour se recentrer, dépendra la manière de les appréhender. Ne jamais hésiter à se faire accompagner, avoir une béquille thérapeutique pour reprendre des forces et enfin être autonome dans ces situations. Inspirez….Expirez….

Facebooktwitterlinkedininstagramflickrfoursquaremail

Chevaucher son dragon intérieur 

Le soir arrive, une grosse fatigue s’abat sur moi. Mon ado me titille, comme à son habitude mais là je n’ai plus ni l’envie ni la force de jouer. Je sens la colère monter, je ne comprends pas encore tout de suite ce qui se passe car il ne s’est rien passé de particulier qui explique une telle émotion. 😱 Mais alors, la femme dragon est de retour !?!? Tous aux abris.  

Je le vis chaque mois à la même période, je l’ai même expliqué à ma fille, pour qu’elle sache quoi faire, et comment reconnaître son arrivée.  Mais à chaque fois, il me prend par surprise, même si aujourd’hui j’utilise mon bracelet magique qui me prévient qu’il ne va pas tarder, à la seule différence c’est que ça ne met pas longtemps avant que je me mette en action. toujours est-il qu’à ce moment-là,  je bascule dans la force obscure quasiment d’une minute à l’autre.

A ce moment précis, j’entre dans mon automne intérieur et mon dragon fait son entrée magistrale. et c’est très déconcertant pour l’entourage qui ne comprend pas ce qui se passe. Pendant longtemps j’ai laissé le dragon faire ce qu’il voulait de moi. Des colères à n’en plus finir intérieures comme extérieures. Tout m’agaçait, et engendrait des disputes avec mon chum et ma fille, mais aussi me rongeait intérieurement car je détestais ce que je devenais. 

Quand on entre dans cette saison inférieure, tout est plus intense, et on dit les choses comme on les pense, sans filtres, ça crée des étincelles qui peuvent avoir de graves répercussions dans nos relations et sur notre estime de nous-même⚡️.

Alors un jour, j’ai décidé que c’était assez, j’ai décidé d’apprendre à chevaucher le dragon. J’ai cherché ce qui pouvait d’autant plus le rendre indomptable. J’ai observé les femmes que j’accompagnais à ce moment-là en esthétique à mon institut de beauté. Je voyais des femmes arrivant à la préménopause fatiguée, aigrie, ayant perdu leur joie de vivre avec de forts symptômes, le dragon prenait le dessus et d’autres joyeuses, épanouies avec peu de symptômes, elles chevauchaient le dragon 🤔.   Et tout autant des femmes menstruées fatiguées par une vie personnelle et professionnelle intense avaient  de forts  symptômes en période prémenstruelle. 

A ce moment là de ma vie, j’ai commencé à m’intéresser à la méditation, à la sexualité sacré et tout naturellement les sagesses féminines et  la danse d’ancrage ont fait leurs entrées dans  ma vie.  Tout un univers de conscience du corps s’est ouvert à moi. J’ai compris alors que mon corps est interconnecté aux saisons de la terre et au cycle de la lune et qu’ils influencent mon énergie, mes émotions et mes qualités.

Concrètement nous vivons les énergies des 4 saisons de la terre sur un cycle lunaire, je les appelle les saisons intérieures. Quand le dragon est de sorti, nous arrivons dans notre automne intérieur.

Qu’est-ce que ça veut dire? 

🔥Quand on est menstruée cette phase s’appelle la phase prémenstruelle ou SPM. Elle s’accompagne d’une chute vertigineuse d’hormones qui nous embarque dans un chao émotionnel intense. 

🔥Quand on est en préménopause, en ménopause, sous contraception hormonale ou quand on est un homme, cette phase, on l’a vit pareil à partir du lendemain de la pleine lune et  cela pendant 1 semaine. Et oui, tout le monde a un dragon prêt à débarquer tous les mois😅. 

🔥Et en période de préménopause, il se cache toujours en arrière plan quelque soit notre saison intérieur, le dragon est toujours prêt à débarquer, ce qui explique les fameuses bouffées de chaleur. 

Pour ma part, depuis que je pratique l’ancrage et les sagesses féminines, j’ai constaté qu’il s’exprimait moins fort et moins longtemps, tout comme les femmes que j’accompagnais qui prenaient soin de leurs besoins.  🤔J’ai cherché à comprendre les liens.

Lancée dans une course effrénée, éparpillée dans nos multiples activités. On a beaucoup de difficultés à être à l’écoute de notre rythme intérieur. D’autres part, soit nous n’avons pas appris, soit on ne prends pas le temps de faire du nettoyage émotionnel. Les émotions s’accumulent puis un jour ça explose, et les plus souvent dans notre automne intérieur, car une phase de transformation et cette explosion symbolise notre désir de changement. Et la plus importante raison de ces symptômes, c’est que nos plaisirs, nos passions, notre créativité arrivent dans nos emplois du temps en dernier lieu, et encore si on leur en laisse l’espace, alors qu’ils devraient être la priorité pour s’épanouir et vivre sereine et épanouie.

 Alors le dragon intérieur commence à pointer le bout de son nez. Car il enrage. Ce dragon, c est notre feu intérieur, notre puissance créatrice. Et si elle n’est pas accueillie, valorisée, c’est une bombe à retardement, qui peut s’exprimer sous une forme émotionnelle telle une cocotte minute et des fois un peu plus grave, sous des maux du corps.

Alors quoi faire pour commencer à dompter la bête?

Dans l’immédiat

  • Une fois que l’on a pris conscience que nous sommes arrivé dans notre automne intérieur, on s’accueille dans cet espace en toute bienveillance. C’est plus facile d’identifier l’arrivée de cette phase avec le bracelet initiatique Rythm’Féminin pour les femmes menstruées et le bracelet initiatique Rythm’Intérieur pour les femmes à partir de la préménopause, accompagné du mémoire des sagesses féminines qui vous guide à l’apprentissage pour reconnaitre les différentes saisons,
  • On prévient son entourage,
  • On demande de l’aide plutôt que de râler dans son coin que les choses ne se font pas,
  • On s’isole au besoin, on prend un bain, on médite, on chante, on danse…

Sur le long terme

  • On apprend à s’ancrer, la priorité des priorités en toute chose pour vivre intensément chaque moment, être à l’écoute de ses besoins pour déployer ses forces,
  • On réapprend les sagesses cycliques qui permettent de savoir comment fonctionnent nos énergies intérieures, quand on est dans une énergie de déploiement et quand on est dans une énergie d’introspection soit avec les bracelets initiatiques ou avec l’accompagnement Rythm’Optimal. 
  • On trouver des espaces chaque jour pour se recentrer et se ressourcer comme la danse d’ancrage en cours de danse méditation
  • On enseigne les sagesses féminines à son entourage pour qu’ils comprennent ce qui se passe et vous laisse tranquille, et qu’ils commencent eux aussi à être à l’écoute des énergies de leur corps.
  • On nourrie une passion pour nourrir son feu intérieur et le laisser s’exprimer de manière structurée.

Des siècles ont passés depuis que la connaissance s’est perdue quand les femmes qui savaient, « les sorcières » ont été brûlées. La société qui agit sur un mode linéaire n’aime pas cette période, elle l’a décrédibilise alors qu’elle est elle-même la cause de ses maux en ne respectant le cycle de la vie. Nous, les femmes, nous détenons toutes la connaissance en nos bassins, avec un réapprentissage, un peu d’entraînement, nous pouvons nous retrouver, nous reconnecter à notre savoir intérieur, celui qui nous inspire, nous ressource, nous rend créative et unique, pour nous permettre d’adoucir les symptômes, expression d’un besoin de se réaliser pour un nouveau monde plus respectueux des femmes et de la nature.

 

Facebooktwitterlinkedininstagramflickrfoursquaremail

Mental hyperactif, des solutions pour en faire un atout

Un mental hyperactif, c’est comme une centaine d’étalons lâchés en pleine nature. Il y a un énorme potentiel, une fougue puissante mais non maitrisée, ça peut vite devenir un véritable enfer… En apprenant à œuvrer avec son mental hyperactif, peut-il devenir un véritable atout ?

 

1.Mental hyperactif, la fougue de l’étalon

Avoir un mental hyperactif amène à vivre certaines difficultés dans notre vie. Mille pensées s’activent dans notre tête, allant en tous sens et pouvant faire perdre le contrôle de notre vie, nous empêchant d’avancer sereinement et de nous épanouir.

Des pensées éparpillées à ressasser le passé ou à se projeter dans un futur hypothétique de manière excessive éloignent de l’instant présent et de tout ce qui se joue dans notre environnement. Des émotions fortes, comme la peur, la tristesse, les angoisses viennent alors nous perturber et il est alors possible d’échapper d’importantes informations ou de nous blesser, ce qui selon les cas peut avoir de graves conséquences.

De plus en restant coincé dans notre tête, dans nos pensées, nous n’habitons alors plus véritablement notre corps. L’énergie ne circulant plus, nous avançons sur les nerfs jusqu’à l’épuisement.

 

2. Mental hyperactif, un atout

Avoir un mental hyperactif ne peut pas se guérir, ce n’est pas une maladie, c’est une spécificité qui peut réellement avoir une grande valeur ajoutée si nous décidons d’œuvrer avec lui en reprenant les rênes.

Ayant un besoin énorme de nouveautés, de défis, vivre une vie routinière  pourrait nous emmener dans un profond ennui. C’est donc une vie d’exception en toute simplicité ou en toute excentricité selon ses envies et ses possibilités qui nous attend. Nous sommes capable en outre de mener plusieurs projets en même temps avec une grande qualité d’exécution, si nous trouvons des ressources pour calmer nos ardeurs, nous recentrer et mettre du sens dans notre vie.

En laissant exprimer notre créativité, notre rationalité et notre rigueur ensemble, nous pouvons faire de nos rêves, une réalité et de notre réalité, un rêve. (A. St Exupéry).

 

3. Mental hyperactif, une puissance à maîtriser

Nous pouvons cheminé longtemps avant de mettre un terme à notre fonctionnement et ne plus culpabiliser de cette spécificité, d’autres spécificités peuvent s’y ajouter comme l’hypersensibilité et une forte empathie.Mais pour s’épanouir avec cette spécificité, il est indispensable d’amener des espaces réguliers d’ancrage dans sa journée pour se recentrer, se ressourcer et faire le tri dans ses pensées et ses idées.

Une fois maîtrisé, nous déployons des capacités phénoménales à œuvrer sur plusieurs projets, à voir ce qui fonctionne ou pas, à anticiper et être créatif.

L’ancrage est donc la priorité des priorités.

Ça demande un peu d’entrainement, de discipline, afin que les étalons deviennent dociles et permettent de revenir au calme afin de pouvoir choisir nos pensées et les mettre à notre service et non l’inverse, mais ça en vaut vraiment la peine.

4. Comment expérimenter l’ancrage dans son quotidien ?

Pour ma part, j’ai débuté la méditation par des respirations conscientes, des méditations guidées, des mantras (Méditations chantées), mais mon esprit avait encore beaucoup de difficultés à rester centré.  J’ai essayé également le yoga, le chi-gong, toute me faisait du bien mais mes étalons continuaient encore à se déchainer. Le jour où, j’ai pratiqué la danse d’ancrage, j’ai enfin pu entendre mon âme. J’avais enfin trouvé la pratique qui me correspondait. La danse d’ancrage  est une pratique fantastique, une danse médecine et méditative, elle demande une telle présence au corps, que plus rien d’autres n’existe. Il nous est donc impossible de penser à autre chose qu’à notre corps, permettant ainsi de faire le vide dans le trop plein. Et wow, que ça fait du bien!

La vie cyclique, est une hygiène de vie indispensable également pour les personnes ayant un mental hyperactif. Chaque jour libérant de nouvelles énergies, de nouvelles qualités selon les phases du cycle menstruel pour les femmes menstruées et les phases du cycle de la lune et des saisons pour les femmes sous contraceptif ou ménopausées ou les hommes, chaque jour étant différant, fini la routine. Les bracelets initiatiques Rythm’Intérieur sont un puissant ancrage pour rester connecter à son corps et éviter de se perdre à nouveau, mais surtout pour garder équilibre et épanouissement.

Fardeau ou atout, c’est simplement une décision de laisser aller ou de canaliser son esprit. Que choisirez-vous ?

Facebooktwitterlinkedininstagramflickrfoursquaremail

Si le chao actuel permettait de se rencontrer

Avant que le monde s’arrête avec la pandémie actuelle, avions-nous pris l’habitude de temps à autre de prendre des nouvelles de nous-même ou courrions-nous comme une poule pas de tête ? Nous vivons certes une période particulière, éprouvante et incompréhensible. Mais comme il y a toujours deux faces sur une pièce, la vie propose toujours deux façons d’appréhender ce qui nous arrive. Alors, si nous y regardons de plus près, y a-t-il des éléments positifs qui ressortent de cette expérience ?

 

C’est certain, le confinement avec son lot de nouvelles règles est plus ou moins facile à vivre pour chacun d’entre nous. Sans compter la peur qui rôde et qui nous emmène dans des tempêtes émotionnelles très vives. Comme on a du temps à disposition, autant commencer à apprivoiser les émotions qui nous traversent, apprendre à dialoguer avec notre corps pour enfin apprendre à vivre avec lui et non loin de lui. Mais par où commencer ?

Avant que le monde s’arrête avec la pandémie actuelle, avions-nous pris l’habitude de temps à autre de prendre des nouvelles de nous-même ou courrions-nous comme une poule pas de tête ?

On nous a confiné dans nos maisons. La difficulté, c’est qu’on n’a pas appris à rester confiné dans notre première maison : notre corps. C’est tellement plus facile de mettre nos émotions sous le tapis pour ne pas souffrir, de nous laisser captiver par toutes sortes de choses – comme les écrans – pour ne plus être vraiment présent à ce qui se vit, pour se « changer les idées ». Oui, parce que c’est tellement difficile de rester en sa seule compagnie, pleinement conscient.

La chao actuel offre une occasion unique de se rencontrer véritablement, de développer cette conscience de ce qui nous habite réellement à travers tout ce qui nous met en réaction. Les émotions, que ce soit la colère, la peur ou la tristesse, sont un cadeau pour mieux se connaître encore et grandir un petit peu plus encore. Quelles que soient nos points de vue et nos croyances, nous pourrions être dévasté par ce qui se passe. Car nous sommes humains et que l’extérieur nous touche.

 

Oui, mais le jour où nous décidons que la vie vaut la peine d’être vécue, alors peu importe les impasses, les échecs, les souffrances, nous choisissons alors de les prendre à bras le corps, nous nous en occupons. C’est en toute conscience que nous pouvons décider de nous faire accompagner pour traverser le chao, par exemple à travers l’accompagnement Rythm’Unité qui nous aidera, en étant à l’écoute de nos émotions et de notre corps, à passer au travers et à en ressortir transformé.

Facebooktwitterlinkedininstagramflickrfoursquaremail