Recevoir un massage quand on a vécu un abus

Lorsqu’une personne a été victime d’un abus, qu’il soit de la violence verbale, émotionnelle, psychologique, physique ou  sexuelle, le stress post-traumatique est une conséquence importance. Soit la personne revit sans cesse l’évènement traumatisant, soit elle l’enfuit en elle inconsciemment. Est-ce que la massothérapie va pouvoir accompagner cet espace de souffrance et revenir peu à peu à la sérénité?

  • La personne qui revit l’évènement, reste continuellement dans ses pensées, ou peut avoir peur que un autre évènement du même genre se reproduise, la mettant dans un état de stress, d’hypervigilance constant jusqu’à un état d’anxiété intense. Elle ne peut plus vivre et apprécier l’instant présent. Elle aura besoin de reprendre confiance en elle, aux autres, en la vie.
  • La personne qui enfuit inconsciemment pour ne plus y penser et ne pas souffrir, ne se souvient plus de l’évènement, mais son corps va tenter de lui faire souvenir en s’exprimant par d’autres malaises, des symptômes, des émotions intenses, des maladies, afin d’emmener la personne à évacuer ce poison invisible.

Dans les 2 cas, une dissociation avec le corps se vit.

La massothérapie va lui permettre de reprendre contact avec son corps, tout en étant accompagnée en tout temps, avec beaucoup de douceur et de bienveillance pour accompagner le processus de guérison.

Couplé à un accompagnement psychologique, les massages permettent à la personne en souffrance, de se déposer en toute sécurité par un toucher thérapeutique progressif selon son besoin et son rythme.

 

Chez Rythm’Intérieur, un programme spécialisé conçu en 4 étapes progressives, ou la personne pourra évoluer d’une étape à une autre, quand c’est le bon moment pour elle est proposé aux personnes ayant subi un abus et désireuse de se libérer de ce traumas.

La première étape consiste à recevoir un soin énergétique tout en restant habillée, qui lui procurera un sentiment de respect de son espace et de son intimité, Le soin énergétique lui permettra de se détendre, et de retrouver de l’énergie.

La deuxième étape consiste à recevoir un massage sur couverture. Une étape importante où le toucher s’invite avec respect, douceur et enveloppement. A ce stade la personne peut rester habillée ou déshabillée sous les couvertures. Cela peut se faire progressivement.

Quand la personne se sent prête, elle pourra expérimenter la 3e étape, recevoir un massage résilience. Ce massage douceur consiste à recevoir un massage aux huiles consolatrices sur le ventre puis progressivement au rythme de la personne, sur tout le corps aux séances suivantes.

Quand le processus de guérison sera terminé, l’étape de réappropriation de son pouvoir sera une étape cruciale pour assoir sa guérison. Elle pourra commencer avec le soin Ancrage en massothérapie et se poursuivre par la danse d’ancrage.

Vivre un abus est une expérience douloureuse, traumatisante qui peut nous gangréner des années et faire de notre vie, un enfer.  Mais en se choisissant, en décidant de prendre soin de soi, cette expérience peut devenir une de nos plus grandes forces.

Facebooktwitterlinkedininstagramflickrfoursquaremail

4 clés pour Activer le changement

La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent. Albert Einstein

1. Prendre conscience

Prendre conscience qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas ou qu on ne veut plus dans sa vie professionnelle, personnelle ou amicale par des situations qui se répètent et viennent provoquer un chao émotionnel, parfois des douleurs jusqu’à des maladies.

Pour en prendre conscience dans une vie qui va vite, il y a besoin d’être ancré, d’avoir une vision claire, si on coure comme une poule pas de tête, il y aura besoin de prendre des espaces de méditation pour se recentrer et observer les signaux intérieurs.

 

2. Identifier ce que l’on souhaite et ce qu’on y gagnerait

Qu’est ce qui serait plus intéressant dans le changement, le visualiser comme si c’était déjà là, en vibrant cette joie immense. Dans cette étape, il est important de vibrer déjà à la gratitude de ce que la vie nous a déjà donné, la gratitude étant la plus grande des vibrations. Pensez à votre derniers moments heureux et élever vos vibrations. En posant une intention avec une énergie de plein, l’univers  répondra à ce même niveau d’énergies.

 

3. Identifier ce qui empêche le changement

les questions à se poser sont

  • Qu est ce que j’ y trouve d intéressant qui pourrait m’empêcher de prendre la décision du changement ?
  • Quelles peurs se cachent dans le changement que je souhaite faire ?

Faire une liste de ce qui nous arrange dans cette situation et de ce qui nous effraie dans le changement que l’on souhaite. Et plonger dans chaque détails pour faire exploser les bulles qui empêchent. Sans cette étape, des blocages inconscients peuvent empêcher l’évolution. On aura besoin parfois d’être accompagnée par un thérapeute dans cette étape. La danse d’ancrage peut-être un merveilleux outils comme tant d’autres.

 

4. Poser une Intention claire

Poser une intention courte tournée à la positive auquelle vous croyez, une intention qui, quand vous la dites à haute voix, aucune petite voix intérieure ne dit ” c’est pas possible”. Si c’est le cas, repartir au point 3 pour identifier le blocages et se faire accompagner en séance personnelle au besoin. exemple d’intention “je prends ma place”

Faire un rituel pour honorer cette demande avec les éléments EAU, TERRE, FEU, AIR, jouer au tambour ou d’un instrument, chanter, danser, rire pour amplifier la vibration et propulser la demande. Un atelier en groupe peut aussi être une belle amplification, comme les ateliers de danse d’ancrage qui pose un espace sacré.

Puis il sera important de nourrir cet espace comme une petite graine à arroser chaque jour afin qu’elle devienne une fleur, sans attente de résultat ultime. On prend une première action et se laisser guider par ce que la vie nous enseigne.

Pour ritualiser cette intention, on peut s’accompagner d’un bracelet Rythm’Maternité, qui nous aidera à nourrir l’intention à chaque jour sur 9 mois. On passe par des étapes comme une maternité intérieure jusqu’à l’accouchement.  En fonction des intentions ça peut être sur une période plus courte, comme sur un cycle lunaire de 28 jours, le bracelet Rythm’Intérieur saura vous accompagner dans cette étape.

Important ne jamais prendre de décision dans l’automne intérieur, juste après la pleine lune ou pendant la phase prémenstruelle, les émotions étant trop chaotiques. Attendre le printemps intérieur, c’est à dire à la nouvelle lune ou l’étape après les lunes rouges (les règles), c’est à dire la phase pré-ovulatoire.

Que le vent souffle sur vos voiles déployées !

Facebooktwitterlinkedininstagramflickrfoursquaremail

Hypersensibilité, comment en faire un atout

J’ai longtemps cherché à mettre un mot sur ce que je ressentais. J’entendais souvent « tu es trop sensible ». Je ressentais cette phrase comme si c’était quelque chose de négatif et qu’il fallait que je change pour être comme tout le monde. Puis j’ai commencé à entendre parler de l’hypersensibilité. Je me suis immédiatement reconnue dans ces caractéristiques.

 Sensibilité à la la lumière, au bruit, aux émotions et à l’énergie des personnes qui m’entourent, à l’énergie des lieux, aux odeurs, aux intonations de voix, aux voix, au toucher, mais aussi au goût.

Tout est ressenti de manière démultipliée et m’emmène dans un chao intérieur perpétuel car mon cerveau traite non seulement toutes les informations, mais ils les analysent aussi de manière approfondie. Ce qui génère des tsunamis d’émotions et d’angoisses.  Rapidement je sature et le besoin de m’isoler se fait sentir parfois pour me recentrer et retrouver mon énergie. 

Avec ce terme d’hypersensibilité, je me suis sentie enfin reconnue dans ce que j’étais. Et surtout que je ne pouvais pas me changer, car c’était une caractéristique de mon cerveau qui offrait de nombreux atouts. Seule jusqu’alors, je réalisais qu’il y avait de nombreuses personnes comme moi qui ressentais le monde comme moi.  Je pouvais enfin poser des mots sur ce que je ressentais. Je m’accueillais dans cet espace avec bienveillance. A partir de ce moment, quand mes émotions s’emballaient sans comprendre vraiment pourquoi, je savais que mes sens avaient repérer quelque chose de dysfonctionnel ou déséquilibré autour de moi. 

Soulagée, j’ai revendiqué fièrement que j’étais hypersensible et finalement que je possédais un grand atout. Alors je me suis installée confortablement dans cette caractéristique, tout avait enfin sa raison d’être, et je me définissais ainsi. 

Mais ce que je n’avais pas compris c’est qu’avant de devenir un atout, cette caractéristique demandait à être maîtriser. Comme je vous l’ai expliqué, dès que le cerveau perçoit un déséquilibre autour de soi, beaucoup d’informations et d’émotions sont à traiter. Si l’hypersensibilité ne peut être modifiée, elle peut être canalisée pour ne plus se laisser submerger par le tsunami, mais apprendre à surfer sur la vague.

En cela, ça demande un travail d’introspection pour se connaître un peu plus chaque jour. Ça demande à apprendre à écouter ses besoins et à les nommer à son entourage. Ça demande de s’enraciner dans son corps pour ne pas laisser les émotions m’envahir. Ça demande de poser des espaces régulièrement dans la journée pour me recentrer (même quelques secondes) pour ne pas me déconnecter de mon corps 

Nous sommes des créateurs, oui nous avons des caractéristiques particulières, mais à nous d’en faire ce que nous voulons. Une fois accueillies, acceptées, on peut commencer à jouer avec. Nous n’en sommes pas prisonnières. Il faut trouver ses outils pour s’enraciner le plus souvent possible, apprendre à gérer ses émotions, et discerner les siennes de celles des autres, qui provoquent des émotions en nous.

Pour moi la clé a été la danse d’ancrage pour me reconnecter à mon corps, vivre l’instant présent, mieux me connaître et me libérer de blocages limitants. Et en parallèle la reconnection aux rythmes sacrés du vivant : le cycle des saisons, les cycles lunaires, les cycles féminins. Ils permettent d’apprendre à écouter mes besoins, mes émotions, et mon niveau d’énergies. Ce qui me permet aussi de comprendre les fluctuations d’énergies qui passent dans mon corps et ainsi mieux gérer mon quotidien.

Aujourd’hui, je ne souhaite plus être définie par l’Hypersensibilité, car je ne souhaite plus lui laisser mon pouvoir. Je me sens chanceuse de l’avoir, mais ses caractéristiques se mettent aujourd’hui, au service de mon être et non l’inverse. En cela, l’hypersensibilité devient un atout.

Facebooktwitterlinkedininstagramflickrfoursquaremail

La danse-thérapie pour gérer nos émotions et notre anxiété

Depuis la nuit des temps, la danse fait partie des rituels de guérison de nombreuses cultures traditionnelles. Notamment en Afrique, la danse peut être symbole de fêter la vie, mais elle est aussi reconnue comme une médecine pour des danses initiatiques spécifiques. La personne souffrante se rend chez le guérisseur, qui écoute son besoin et lui propose de le suivre dans un mouvement de danse pour reconnecter son corps et son esprit, et libérer les blocages qui l’entravent.

 

La danse-thérapie, c’est quoi ?

Par la danse-thérapie, le corps devient la clé, le messager pour mieux se comprendre et mieux se connaitre. Elle permet de revenir au corps et d’apaiser son mental agité. Elle permet l’introspection et la libération de tensions et blocages physiques, émotionnels, et spirituels. Elle répond au besoin de trouver une approche non verbale.

 

Comment se pratique une séance de danse-thérapie ?

En accompagnement personnel ou en groupe, en institut ou en ligne, la séance se pose avec un motif, une démarche, une intention de recherche de mieux-être dans un domaine particulier de sa vie. La thérapeute montre une séquence, que la personne apprend à son rythme, qui va être répétée pour entrer dans un état méditatif actif.  La musique accompagne le mouvement afin de se laisser bercer par le rythme qui apporte également sa médecine. Un temps est proposé afin d’intégrer ce qui a été vécu durant la danse.

Que permet la danse-thérapie ?

– un meilleur état général
– une meilleure estime de soi
– l’atténuation du stress, des peurs, de l’ anxiété
– l’atténuation des tensions physiques
– un sentiment de bien-être
– l’amélioration de la circulation sanguine et lymphatique
– l’amélioration de la coordination
– …

 

La danse-thérapie est idéale pour les femmes et les hommes

  • qui recherche une thérapie non verbale
  • qui sont stressées, angoissées
  • qui ont des douleurs physiques
  • qui ont de la difficulté à exprimer leurs émotions
  • qui ont de la difficulté à exprimer leurs besoins

 

La danse d’ancrage, une danse-thérapie

Cet outil puissant d’accompagnement à la guérison puise sa source dans les traditions ancestrales de l’Afrique. Mise au point par le danseur chorégraphe Elima, elle fusionne trois danses initiatiques : Zebola, Bobongo et Kimbua. Elle se caractérise par le fait de revenir dans l’être à travers la présence soutenue dans l’ici et maintenant nécessaire à l’exécution des mouvements, de danser en posant une intention précise de reconnexion à soi dont la séquence proposée est porteuse, et de retrouver notre puissance créatrice en nous enracinant dans notre bassin. Cette approche harmonise le corps et l’esprit sans rien forcer. Les thérapeutes qui propose un accompagnement par la danse d’ancrage ont reçu une formation de 2 ans et demi avec un rite de passage, pour l’obtention de leur certificat de professeur de danse d’ancrage et sont habilités à accompagner le processus d’autoguérison par cette pratique.

La pratique d’ancrage invite toutes les femmes et tous les hommes, que nous soyons danseuse débutante ou confirmée, à entrer en douceur dans le mouvement naturel du corps, à s’ouvrir, à sentir, à vibrer, à se révéler… à son rythme !

Facebooktwitterlinkedininstagramflickrfoursquaremail

Anxiété, Stress, Angoisses, Trouver des solutions !

Partout ou je me tourne, ces mots résonnent dans la bouche de nombreuses personnes que je croise. Les derniers temps ont mis à rude épreuve nos émotions, nos sentiments, ce qui a atteint notre système nerveux et dans la foulée notre corps. On vit tous du stress, des angoisses au quotidien, mais quand l’anxiété est un terrain anxieux de nature ou qu’elle s’installe dans notre vie. Est-ce possible de s’en sortir pour reprendre une vie sereine ?

 

Les différencier

Un stress peut-être déclanché par un bruit intense, un examen important, une dispute, une séparation, un accident. Le stress est donc une réponse physiologique face à une situation concrète à laquelle on doit faire face. il permet de garder le corps en alerte afin de dépasser la situation.

L’angoisse est une expérience ponctuelle, peut naître d’un sentiment de perte de contrôle, de panique, de menace imminente. La personne perd ses moyens et se retrouve comme paralysée ou avec une sensation d’oppression.

L’anxiété, quand à elle peut être un terrain anxieux avec lequel, il faut apprendre à vivre. Mais elle peut être aussi une accumulation de stress et d’angoisses répétées qui commence à s’installer et avec de plus grandes répercutions dans son quotidien.

 

 

Les symptômes

Que ce soit, les angoisses, le stress ou l’anxiété, on ressent une émotion désagréable qui combine symptômes physiques (le coeur qui bat vite, une respiration difficile,  de la transpiration, des tremblements, des muscles tendus, des étourdissements, de la fatigue, des troubles du sommeil, des maux de tête ou de ventre, diarrhée…) couplés à des pensées anxieuses (ruminations, inquiétudes, doutes, obsessions, craintes…).

 

Comment les gérer

  • faire de l’activité physique que l’on aime,
  • Sortir en nature,
  • Faire des câlins aux arbres
  • se reposer,
  • Utiliser des techniques de relaxation, comme la méditation, le yoga, la danse d’ancrage, la respiration consciente,…
  • Écouter des musiques relaxantes,
  • Utiliser de la luminothérapie comme la sensosphère, ou la sensolight,
  • Utiliser un bracelet initiatique qui ramène au corps,
  • Recevoir des massages…

 

 

 

Témoignages de Céline 

“Ayant un terrain anxieuse, mon corps n’a eu de cesse de me l’exprimer par des maux du corps. Quand le terrain est là, on ne s’en débarrasse jamais totalement, on apprend à vivre avec. Ce qui m’a permis de découvrir des méthodes toutes plus fantastiques les unes que les autres. Mais je voulais en trouver une qui aller faire partie intégrante de ma vie, de mon quotidien. Celle qui a été la plus salvatrice et dans bien des domaines, autres que l’anxiété, c’est la danse d’ancrage, une pratique qui met le mental et les émotions au repos, qui laisse de l’espace pour respirer, se retrouver, se recentrer, en plus d’être une activité physique. J’utilise aussi les respirations conscientes, à des moments plus précis. Quand à la sensosphère, elle est entrée dans ma vie après un grave accident, ou le choc traumatique avait engloutit mon système nerveux, avec l’aide de mon ostéopathe, de ma massothérapeute et de cette lampe magique aux rayons Gamma, J’ai réussi à dépasser cette expérience. Elle m’accompagne au quotidien, et j’en ressens ces bienfaits dans l’ambiance de la maison. Pour moi, l’anxiété n’est pas une fatalité mais un message de notre corps pour toujours mieux apprendre qui nos sommes et comment prendre soin de nous,”

 

Que ce soit le stress, les angoisses ou l’anxiété, ils font parti de nous à plus ou moins grande échelle. C’est de la manière de les gérer, qui fera qu’ils auront plus ou moins de prise sur notre vie. Avec de bonnes clés et avoir une hygiène de vie qui inclus des espaces pour se recentrer, dépendra la manière de les appréhender. Ne jamais hésiter à se faire accompagner, avoir une béquille thérapeutique pour reprendre des forces et enfin être autonome dans ces situations. Inspirez….Expirez….

Facebooktwitterlinkedininstagramflickrfoursquaremail